Journée de Mobilisation contre la LOI ESSOC-ASAP

COLLECTIF PAS DE BEBES A LA CONSIGNE

« Chers professionnels, parents, étudiants,

Nous avons été nombreux à nous mobiliser, depuis 2019, pour les différentes actions organisées par le Collectif « Pas de bébé à la consigne » qui visait à lutter contre la loi ESSOC et le changement des normes en structure petite enfance, grâce à des ordonnances.

Le collectif « Pas de bébé à la consigne » fait une nouvelle fois appel à nous, car malgré le rapport Giampino, malgré certaines préconisations de la commission des 1000 jours ( tous deux étant des commandes de l’état sous deux quinquennats différents), Adrien Taquet ( Secrétaire d’Etat en charge de l’Enfance et des Familles souhaite réformer les modes d’accueil Petite Enfance en impactant la qualité d’accueil des enfants et de leur famille ainsi que notre travail au quotidien.

Vous pourrez donc découvrir ce que prévoit la loi ASSAP (  la loi d’Accélération et de Simplification de l’Action Publique). Si toutefois cette loi prévoit certains points d’amélioration de l’accueil du jeune enfant ( dans certains modes d’accueil) :analyses de pratiques pour les équipes de structures petite enfance tout comme pour les assistantes maternelles… notre principal sujet d’inquiétude réside :

Avec les 5,5m2 de surface par enfant dans les villes densément peuplées, un accueil en surnombre plus important, un taux d’encadrement et un ratio de qualification professionnelle qui ne s’améliorent toujours pas, un.e professionnel.le seul.e avec 3 enfants avant 8h et après 18h, une augmentation du nombre d’enfants en microcrèches, aucune perspective sérieuse de promotion professionnelle pour les assistantes maternelles ?…

Reconfinement ou pas, virus ou pas, le gouvernement ne lâche pas son objectif et nous ne pouvons pas laisser passer cette réforme, programmée pour début 2021, sans nous faire entendre !! Sans élever la voix pour les jeunes enfants, sans faire entendre notre colère de ne pas être pris au sérieux dans les revendications que nous portons pour certaines depuis plusieurs années !

Comment se mobiliser ? Plusieurs actions sont prévues!

– Le 3 décembre, adressons des centaines de photos-pétitions en live au ministère Taquet ! https://youtu.be/zarLHi38s2I

– Nous envoyer à fneje.paca@gmail.com   une courte vidéo  en décrivant vos conditions de travail, les conditions d’accueil qui sont parfois déjà difficiles actuelles ( COVID en plus, cela impacte d’autant plus!). Nous allons travailler sur un montage simple, efficace pour le diffuser sur les réseaux sociaux ( groupes de parents, groupes de professionnels, en mail au bureau d’Adrien Taquet). Parce que notre voix mérite d’être entendue! Les parents et futurs parents, les étudiants doivent être informés des perspectives d’accueil des modes d’accueil petite enfance.

– Certains professionnels décideront de porter le T-shirt à l’effigie du collectif « Pas de bébé à la consigne »( dessin, slogan, autocollant) sur leur lieu de travail. »

Flyer Bébé Consigne 3 Dec

Flyer Bébé Consigne 3 Dec (2) Flyer Bébé Consigne 3 Dec

MOBILISATION des secteurs  : MEDICAL, SOCIAL et MEDICO-SOCIAUX le Jeudi 3 Décembre 2020

Les animatrices du RAM Planète bébés s’associe à cette mobilisation nationale.

L’équipe du RAM n’assurera pas l’accueil du public sous quelque forme que ce soit. Elle s’attellera ce jeudi 3 Décembre à des actions créatives dans le cadre de leurs missions.

Courrier envoyé par les différents syndicats :

Mr Olivier VERAN
Ministre des Solidarités et de la Santé
14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP

Objet : Préavis de grève SUD Santé Sociaux pour le 3 décembre 2020

Monsieur le Ministre,

Un préavis de grève national le 3 décembre 2020 de 00h à 24h a été déposé.
Ce préavis concerne les agent-es et salarié-es soumis-es à des services continus et dont les horaires d’embauche et de débauche débordent les jours et horaires précités, ce préavis couvre ces personnes en amont et en aval de ces journées.

Ce préavis concerne l’ensemble des personnels  qu’ils travaillent dans le secteur public ou privé, médicaux et non médicaux pour :
– l’ensemble des structures relevant des secteurs sanitaire, médico-social et social, de la prévention spécialisée, de l’accueil d’urgence, des services à la personne, travail au domicile, de la petite enfance, des foyers de jeunes travailleur-se-s, du logement social et d’une manière générale toutes les structures en lien avec un public…
– les hôpitaux, cliniques, maisons de santé, maisons de retraite, de cure, des soins de suite, les laboratoires, officines pharmaceutiques, cabinets paramédicaux, EHPAD, services d’aide et de soins à la personne.
– l’ensemble des organisations de l’éducation populaire, des associations socio-culturelles, de l’animation, des centres de vacances et de loisirs, auberges de jeunesse, maisons de jeunes et de la culture, organismes de formation, centres sociaux, crèches, du tourisme social et familial,
– aux salarié-es des OPCO des branches et activités sanitaires, médico-sociales et sociales.
Ce champ s’étend à l’ensemble des personnels d’une structure dès lors que cette structure assume une des activités au moins ci-dessus, ainsi qu’aux travailleuses et travailleurs en formation, aux étudiant-es des métiers sanitaires et sociaux, aux retraité-es, aux privé-es d’emploi des secteurs ci-dessus.

Il s’étend également :
Aux salarié-es des entreprises sous-traitantes intervenant dans les établissements des secteurs ci-dessus.

Nos revendications portent sur :
• Un salaire net minimum à 1700€. • Une augmentation immédiate des salaires pour l’ensemble des personnels soignants, techniques, administratifs, de la santé, du social et médico-social de 400€ net mensuel, soit l’équivalent de 80 points d’indice supplémentaires dans la FPH. • Une carrière avec évolution linéaire et sans barrage pour tous-tes les agent-es et salarié-es de la santé, du social et du médico-social dans le public comme dans le privé. • La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels de santé et d’action sociale atteint par le covid-19. • L’arrêt de la déréglementation sur le temps travail rendu possible par le protocole d’accord du « Ségur de la santé » et la baisse de temps de travail pour nos métiers pénibles. • L’arrêt des fermetures de lits, la réouverture des lits fermés et l’ouverture de nouveaux lits à hauteur des besoins de la population. • Un plan d’embauche massif à la hauteur des besoins remontés par les services tant pour l’hôpital, pour les EHPADs et pour toutes les structures du social et du médico-social. Ainsi que l’arrêt des contrats précaires qui se traduirait par des stagiairisations et titularisations rapides dans la FPH et des CDI dans le privé. • Le changement de financement de l’hôpital, du social et du médico-social avec la fin de la T2A. • Ouverture de centres de santé publics, avec une médecine salariée, au plus proche de la population. • Un système de protection sociale unique, uniforme et universel, assuré à 100% par la Sécurité sociale, avec une gestion démocratique par les représentant-es des travailleuses et travailleurs. • La fin de la marchandisation de la santé, du social et du médico-social au profit d’un grand service public.

En vous en souhaitant bonne réception, acceptez, Monsieur le Ministre, nos sincères salutations.

Paris, le 18 novembre 2020′

 

Blog webekm.com the ekm.

Download from BIGTheme.net free full premium templates